Calligrammes et sculptures-livres au centre de détention de Châteaudun

Dans un premier temps, les participants à l’atelier se sont appropriés les cinq photographies proposées et ont écrit librement dessus, qui un poème, qui une narration. Ils ont ensuite découvert cette forme de poésie particulière qu’est le Haïku, finalement assez semblable par sa forme brève à un « instantané littéraire » où finalement l’histoire s’écrit en creux, tout comme bien souvent une photographie réussie évoque davantage que ce qu’elle donne à voir…

Nous avons ensuite abordé le calligramme, poème dont la disposition graphique sur la page forme un dessin et dont Apollinaire, notamment, nous a laissé de magnifiques exemples. 

 

Reconnais toiGuillaume_Apollinaire_-_Calligramme_-_Poème_du_9_février_1915_-_Reconnais-toi

Cette adorable personne c’est toi 

 Sous le grand chapeau canotier
œ
il

Nez

La bouche
Voici l’ovale de ta figure  
Ton cou exquis
Voici enfin l’imparfaite image de ton buste adoré
Vu comme à travers un nuage 

Un peu plus bas c’est ton cœur qui bat

Guillaume Apollinaire

En parallèle, une plage horaire dans chaque séance a été réservée pour la conduite d’un atelier d’Arts Plastiques en lien direct avec les photographies de départ et les textes produits. Il s’agissait pour les participants de réaliser des sculptures livres dans l’esprit de mon propre travail, libre à chacun de se l’approprier à sa manière. C’est ainsi que l’un d’entre eux, pratiquant la calligraphie, a utilisé cette technique avec bonheur pour ses créations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités