Pourquoi j’écris…

Écrire est sans doute l’une des plus incroyables aventure qui nous soit donnée. Il suffit d’un bout de papier, d’un crayon, et c’est un univers entier qui ne demande qu’à surgir, qui se presse déjà derrière la porte. Entre les lignes. Il y a là quelque chose de magique. De fascinant. Peut-être même d’inquiétant. Car ce monde-là, s’il n’est peut-être pas complètement réel, n’en possède pas moins le pouvoir de nous transformer. Bien souvent, du moins si le livre est bon, ce n’est plus la même personne qui finit un roman que celle qui l’a commencé. Et cela vaut tant pour le lecteur que pour l’écrivain ! Non, écrire, lire, n’est pas anodin ! On n’en sort pas toujours indemne. Il y a des livres qui nous accompagnent, qui nous font grandir, qui deviennent de vieux amis. Dorénavant ils font partie de la famille, ils ont leur place attitrée sur les étagères de la bibliothèque. Des livres dont on aime à caresser tendrement la reliure, égrener au hasard quelques phrases, pour la musique intérieure, en respirer l’odeur ; et puis d’autres qu’un beau jour, allez savoir pourquoi, on délaisse sans raison, on les oublie, ou bien pire encore on les trahit un peu honteusement pour tel auteur à la mode, quelques pages affriolantes et faciles, racoleuses en diable, écriture de petite vertu, tapin littéraire de circonstance, mais qu’importe : c’est la vie ! Précisément. Il faut la savourer jusqu’à la dernière lettre…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités